"Ningún presidente de la República en Camerún tomó el poder mediante elecciones"

Le président camerounais Paul Biya a annoncé mardi 10 septembre la convocation fin septembre d’un « grand dialogue national » sur le conflit meurtrier entre des groupes séparatistes et les forces de sécurité dans l’Ouest. Ce dialogue sera présidé par le Premier ministre Joseph Dion Nguté et rassemblera les différentes composantes sociales, y compris des représentants des forces de défense et de sécurité, ainsi que ceux des groupes armés. Mais beaucoup de zones d’ombres planent encore sur les contours de ce futur dialogue.

Discurso de Paul Biya de 10 Septiembre 2019 - captura de video

Invité ce vendredi 13 septembre 2019 sur Radio Equinoxe, Emmanuel Kungne du SDF estime qu’on est en train de francophoniser la crise au Nord-Ouest et Sud-Ouest. « On est en train de francophoniser la crise anglophone. Les gens ont pris les armes. Les gens ont perdu 3000 morts. Que donnez-vous en contrepartie de ces morts. Parce que même le fédéralisme n’est plus suffisant. Ils ont obtenu le fédéralisme à la conférence de Foumban en 1961 sans aucun mort. Maintenant la seule chose qui pourrait arranger les choses c’est de mettre un anglophone au pouvoir. On prend les anglophones pour des enfants, en disant on vous a donné des postes de ceci ou le common law. Donc, les anglophones sont les receveurs Qu’on laisse un anglophone diriger le pays, il va aussi donner des choses aux francophones. Que Biya choisisse l’anglophone qu’il aime le plus, il le met au pouvoir. Même Atanga NJI », déclare Emmanuel Kungne du SDF sur Radio Équinoxe ce matin.

Au cours de son allocution, le locataire d’Etoudi a affirmé que seul l’élection confère la légitimité. En réponse au Chef de l’Etat, le militant du SDF stipule qu’« Aucun président de la république au Cameroun n’a pris le pouvoir par les élections. Le président Biya ne peut pas dire que seules les élections confèrent la légitimité. Ahidjo a été président de la république en 1960 suite à un arrangement. Biya est arrivé au pouvoir en 1982 par un autre aménagement constitutionnel. Qu’on fasse un autre arrangement pour mettre un anglophone au pouvoir et la crise anglophone sera résolue ".

Este artículo apareció primero en https://www.lebledparle.com/actu/politique/1109287-emmanuel-kungne-aucun-president-de-la-republique-au-cameroun-n-a-pris-le-pouvoir-par-les-elections